L’Hôtel de Ville

Photo MICRO-MEDIA

L’Hôtel de Ville de Vaux-sur-Mer est installé depuis 1994 dans un manoir du XVIIe et XVIIIe siècle, situé au cœur d’un parc, à proximité de l’église. La tradition populaire le désigne sous le nom de « Logis de l’abbé ». Un linteau de porte en réemploi présente une inscription datée de 1648 : «  Qui rit et mord, qui médit et rapporte n’entre céans : je lui défends la porte ».

Le linteau de porte et son "avertissement". Photo D.Mauléon/CARA

Ce manoir fut habité par Frédéric Garnier, maire de Royan à la Belle époque, et son héritière en fit don à la ville de Royan en 1972, ainsi que la ferme attenante et le parc de 12 hectares. Suivant les conditions du legs, une maison de retraite occupe aujourd’hui les bâtiments de la ferme. Par la suite, le manoir, les chais et le parc ont été donnés par la ville de Royan à la commune de Vaux-sur-Mer. Les anciens chais du manoir ont été transformés en espace multimédia, la salle Equinoxe, dévolue aux concerts, conférences et expositions.

Le logis de Vaux au XIXe siècle. Cl. V. Billaud

La façade sobre de l’Hôtel de ville est dominée par trois lucarnes surmontées de frontons triangulaires. La toiture, à combles brisés, est couverte d’ardoises, ainsi que les pyramides coiffant les deux ailes surélevées encadrant le bâtiment. Le buste de Frédéric Garnier est disposé en face, au-delà du tilleul séculaire, et une plaque de marbre est dédiée à son fils, Maurice Garnier, maire de Vaux, Résistant tué dans le logis lors des bombardements des 14 et 15 avril 1945 accompagnant la libération de la Poche de Royan. La haute tour carrée néo-médiévale, située au-delà des locaux administratifs en sous-sol et du parterre de fleurs représentant le blason de la ville, fut également incendiée en ces tragiques circonstances.

Le buste de Frédéric Garnier - Photo MICRO-MEDIA

La tour néo-médiévale - Photo MICRO-MEDIA

 

Textes Daniel Lesueur
Ville de Vaux-sur-Mer – MICRO-MEDIA – 2012

Comments are closed.